GROUPEMENT NATIONAL DES DENTELLES, BRODERIES
ET PASSEMENTERIES MAIN « GROUPMAIN »

Les dentelles et les broderies d'or, d'argent, de soie, les paillettes, les perles et les pierres précieuses étaient l'ornement indispensable des vêtements de cour, des vêtements liturgiques, des toilettes des élégantes, des tenues militaires ou encore des vêtements d’apparat qu'ils soient de laine, de lin ou de soie.
Dès le XIIIème siècle, les brodeurs et passementiers (qui regroupaient aussi les dentelliers) étaient organisés en riches et puissantes corporations. Ces artisans conjuguaient avec aisance connaissances artistiques et virtuosité manuelle, perfectionnant les techniques et s’adaptant aux modes.
La France, riche de son passé, conserve encore vivant cet artisanat d’art, orienté vers la mode, les arts, l’ameublement, les accessoires et les œuvres uniques.

LA FÉDÉRATION

Dentelles, broderies et passementeries main

 

 

Couramment pratiquée chez les brodeurs de la Haute-Couture ou du prêt-à-porter de luxe, la broderie de Lunéville appelée aussi broderie perlée et pailletée se réalise au point de chaînette, à l’aide d’un crochet, sur l’envers de la pièce. Elle utilise aujourd’hui perles, paillettes, sequins, rocailles mais aussi plumes, coquillages, rubans, nœuds, lacets, cuir, lurex, pierres semi-précieuses ou de synthèse, etc… Suivant l’évolution des arts et de la mode, elle s’est adaptée en utilisant les nouvelles techniques et les nouveaux matériaux : brûlage, collage, peinture, flocage, transfert, fluorescence, plastique, etc…
Véritables partenaires des grands couturiers, les brodeurs leur proposent, chaque saison, des dizaines d’échantillons qui contribueront à la réalisation de somptueux modèles.

 

 

Pour ce qui est du « beau linge », la broderie au point de Beauvais, la broderie blanche et le chiffrage, ainsi que les applications au Point de Paris, connaissent un grand renouveau. Alliant le respect de la tradition à une créativité de bon goût, elles sont très demandées par les créateurs et les fournisseurs de célèbres maisons de Paris, de province ou de l’étranger. La broderie blanche est réalisée à l’aiguille avec des fils blancs, sur un fond blanc ou écru. Elle utilise principalement le point de feston, le plumetis ou passé bourré, le point de nœud et le point de cordonnet. Elle permet de réaliser des motifs très expressifs avec des effets de relief par « bourrage ». Quant au point de Beauvais, il s’agit d’un point de chaînette réalisé au crochet, avec une maille très serrée. Il se brode sur du tulle, de la soie, de l’organdi et même du cuir. La grande particularité du point de Beauvais se trouve dans l’emploi de couleurs très variées, qui confère un grand raffinement aux travaux réalisés.

 

 

La broderie « Or » est réalisée avec des fils d’or ou d’argent, de la cannetille ou du jaseron. Les points de couchure servent à préserver les supports et les fils qui sont fragiles. Cette broderie est classiquement utilisée pour les fanions, drapeaux, bannières, écussons, habits d’apparats. Elle est maintenant réinterprétée, avec succès, en partenariat avec des créateurs contemporains, dans la réalisation d’œuvres d’art inscrites à l’inventaire du Ministère de la Culture.

 

 

La broderie Cornély permet, à l’aide d’une machine guidée à la main équipée d’un crochet, de créer des dessins avec une grande liberté en brodant directement sur le tissu toutes sortes de matières : ruban, raphia, ficelle, laine, satin, cordelettes etc… Grâce à une manivelle placée sous la machine, le tissu est facilement manipulable pour broder des courbes et des arabesques. Le point de base est un point de chaînette et la broderie Cornély permet également la pose de paillettes, de galons... Elle est utilisée en Haute-Couture, prêt-à-porter de luxe sur tous types de supports notamment des dentelles et des tulles, et aussi dans la décoration et l’ameublement pour les architectes décorateurs. Une toile chimiquée est ajoutée en renfort sous le tissu à broder lorsque celui-ci est léger. Elle peut même servir de seul support à la broderie. Une fois la broderie achevée, cette toile est ensuite détruite au fer chaud, libérant ainsi le tissu brodé ou la broderie seule.

La passementerie et la fabrication de galons fantaisies, galons perlés, plumes, franges, glands, effilés à la main sont toujours très appréciées en ennoblissements dans la Haute-Couture, le prêt-à-porter et l’accessoire de mode ainsi que pour certaines pièces d’ameublement.

Disparues il y a une cinquantaine d’années, la dentelle au fuseau du Puy-en-Velay et de Bayeux revient à la mode en s’adaptant à la demande des créateurs, des connaisseurs, des collectionneurs et des musées. Elle est confectionnée sur un carreau ou coussin de dentelles par l’entrelacement de fils préalablement enroulés sur des fuseaux de bois. Les points de base les plus utilisés sont les pieds, la grille, le toilé ou mat,les fonds, les pointons. L’utilisation de matières très diversifiées telles que des fils métalliques, du lin, du coton, du crin, des cordonnets, tout comme la grande liberté dans les motifs, permettent l’expression d’une grande créativité qui fait évoluer cette dentelle en phase avec la modernité.

Les artisans passementiers, brodeurs, dentelliers de tradition et de création au sein du Groupement National des Dentelles, Broderies et Passementeries main « Groupmain », emploient 200 salariés qualifiés et leur production représente 25 millions d’euros de chiffre d’affaires. Créé en 1901, le « Groupmain » adhère à la Fédération Française des Dentelles et Broderies.