L’ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DES DENTELLES LEAVERS

L’anglais John Heathcoat invente en 1809 un métier à tulle qui utilise le système de la bobine et du chariot. Son compatriote Leavers le perfectionne. Les premiers métiers importés d’Angleterre sont installés à Calais et à Caudry en 1820. Des nombreux métiers de fabrication de tulle du début du XIXème siècle, seul le Leavers a su se pérenniser à Calais et à Caudry, grâce notamment à l’arrivée du système jacquard à partie de 1834. Ce système imite parfaitement la dentelle à la main. L’industrie tullière connaît ensuite son apogée au début du XXème siècle, avec l’installation des machines à vapeur qui servent à actionner les métiers. La dentelle de Caudry obtient alors une prestigieuse réputation internationale. Reconnue pour la qualité de sa production, elle obtient en 1910 plusieurs récompenses à l’Exposition universelle de Bruxelles.

LA FÉDÉRATION

Dentelles Leavers

 

 

Aujourd’hui, la France possède 90% du parc mondial des machines Leavers, concentré sur le pôle Calais-Caudry, seul détenteur du label « Dentelle de Calais », propriété de la FFDB. A Caudry, la fabrication de la dentelle sur métiers Leavers rassemble une dizaine d’entreprises qui travaillent essentiellement pour la Haute-Couture et le prêt-à-porter de luxe. Le site de Calais regroupe une dizaine d’entreprises spécialisées dans la lingerie et la corseterie qui fabriquent 50% de leurs dentelles sur métiers Leavers, le reste étant produit sur des métiers « maille ».
Les deux sites regroupent près de 1300 salariés.

 

 

Si le coeur du métier est resté le même en raison d’une technique inégalée, une innovation d’importance a toutefois été apportée récemment avec l’introduction du numérique au niveau de son pilotage. Ce système présente de nombreux avantages tant sur le plan de la création (diminution des frais et possibilité de dessins plus complexes) que de la fabrication (délais d’échantillonnage raccourcis et corrections facilitées, possibilité de doubler la production sur plusieurs métiers, gains de productivité).

 

 

La finesse de la dentelle sur métiers Leavers n’affecte en rien sa stabilité et sa solidité. Elle lui confère en revanche une grande souplesse. L’utilisation progressive de matières extrêmement diversifiées, a permis la modernisation des dentelles pour répondre aux attentes de la mode. Une véritable révolution a lieu dans les années 50 avec l’arrivée des textiles synthétiques et du nylon en particulier, qui vient supplanter le coton et la soie. Les années 80 connaissent un nouveau tournant avec l’élasthanne, qui a permis la création d’une dentelle stretch. Cette nouveauté a relancé le marché de la dentelle de la lingerie. L’emploi de la dentelle de Calais en vêtement de jour a aussi ouvert de nouveaux horizons.

Pour des effets de matières, de relief et de brillance, les fabricants ajoutent laine, lurex, cellophane… On utilise aussi de nouvelles fibres en lingerie, particulièrement douces comme les microfibres, les fils de bambou, de soja ou encore des fils antibactériens.
Grâce à la diversification des matières utilisées, les dentelles de couleur se sont largement développées. La créativité en termes de dessin et d’ennoblissement contribue toujours à l’évolution stylistique et à la modernisation des dentelles. Si les motifs floraux constituent un dominante permanente, les motifs organiques, géométriques, abstraits voire figuratifs se retrouvent aussi dans les collections.

L’ennoblissement final quant à lui, constitue, souvent une véritable métamorphose par les effets décoratifs et les effets produits : broderies de perles et paillettes, impression par cadre ou par transfert, plissage, lustrage, métallisation, plastification, traitement au silicone pour la lingerie…
De nouvelles perspectives de diversification se dessinent quant à l’application de la dentelle dans de nouveaux secteurs. C’est le cas, par exemple, de certains designers qui explorent depuis quelques années déjà les usages possibles de la dentelle dans l’habitat à travers la décoration et le mobilier.
La production de dentelles mécaniques Leavers représente 70 millions d’euros de chiffre d’affaires, sur un total de production de dentelles françaises de 90 millions d’euros.
Les trois quarts de la production sont exportés à travers le monde.

Au sein de la FFDB, l’Association professionnelle des dentelles Leavers regroupe le Groupe Calais Dentelles et l’Union professionnelle des Dentelles et Broderies ( UPDB - section dentelle).